...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Esper Carnael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
ChenSeng
Famille impériale de Shu-Heng
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 23/03/2017

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Jeu 28 Déc - 13:16

Guillaume regardait alors simplement son miroir, cela faisait un moment qu'il n'avait pas eut cette sensation de rester correct sur lui. Malgré sa maigreur et ses vêtements clairement entrain de se décomposer, il les avait au moins lavés et restait propre sur lui, n'ayant pas cette sensation de totalement manqué à son bien-être. Après, il manquait bien des choses, il avait forcément changé, ce n'était pas grave et alors qu'il s'étirait, ne sachant pas quoi faire, il regarda par la fenêtre. Il n'aimait pas cette pièce évidement, mais finissait par la toléré une fois qu'il ouvrait un tant soit peu. Mais, il commençait à faire bien froid et il ne laissait aucune porte fermé entre les pièces de l'appart'. Enfin ! Il s'étira un instant en regardant son vieux jeans et son pull... Rien d'intéressant au final, il valait mieux attendre ce soir et sortir, ne pas s'attarder ici pour l'instant. Mais, finalement, il entendit un bruit à sa porte, la sonnette marcha et il se demanda qui venait. Il y avait un bon nombre de livraisons qui se faisait et il précisait bien qu'il voulait qu'on les dépose devant son pallier. Mais enfin, quelqu'un avait tout simplement du oublier, comme toujours ! Il vérifia alors qui venait dans le Judas qui venait d'arriver devant chez lui, se grattant le menton alors qu'il se demandait bien ce que la personne voulait.

Et surprise se fut quand il comprit que c'était sa petite rouquine qui venait d'arrivé. Il trembla alors légèrement, ne sachant pas quoi faire, mais tandis qu'il la voyait partir, il ne put pas s'empêcher de penser: Elle ? Le laisser encore ? Non, il ne voulait définitivement pas rester comme cela ! Il ne souhaitait pas que la rouquine alors le laisse tomber, il voulait que cela change. Il respira alors un grand coup, assez perdu dans la démarche qu'il devait faire et finalement ouvrit la porte dans un grand fracas après quelques secondes, lui agrippant doucement le bras et tandis qu'elle tremblait, il tremblait aussi, mais pas de froid, juste de peur, juste d'angoisse et de bonheur aussi, se remettant à pleurer légèrement encore.

Il restait comme décrit: Des cheveux mal coupés, très grand, très maigre aussi, marquant son manque de nutrition, des vêtements qui semblaient avoir vu quelques semaines d'intense péripétie. Il la regarda alors, essayant de se contrôler et séchant les larmes qui coulaient sur ses joues, ne pouvant pas empêcher alors un sourire de se former.

"Bonjour Zoey... Je suis désolé, vraiment. Je ne savais pas que tu viendrais aujourd'hui et ... Enfin, rentre, rentre tu dois avoir froid."

Il la lacha alors tout simplement, elle ne devait pas forcément vouloir cela et cela lui faisait un peu peur: De lui déplaire. Il s'écarta alors pour la laisser rentrer et fermer la porte derrière elle. Elle pouvait ainsi voir l'appart, pas grand, assez miteux même, mais convenant au salaire et surtout absolument pas rangé. Cependant, cela devait changer de son ancienne maison.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shay Lin
Serviteur de l'Empire de Shu Heng
Garde Impériale
"Courtisane"
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Jeu 28 Déc - 22:53

Zoey était sur le point de fuir, revenant encore une fois sur son choix alors qu’il était pourtant trop tard pour ça. Alors qu’elle se détournait, le déclic de la porte s’ouvrit une seconde avant qu’une main ne s’empare de son bras, l’immobilisant. Elle frémit en sachant très bien à qui appartenait cette main et elle savait qu’elle ne pouvait plus reculer maintenant, alors, elle se tourna lentement vers lui. Il était en piteux état… comme il le lui avait plus ou moins fait comprendre… Elle était assez nerveuse quand à tout ça… Mais il fallait qu’elle demeure fidèle à ses décisions. Guillaume l’avait alors saluer, s’excusant en disant qu’il ne savait pas qu’elle viendrait en ce jour et elle haussa simplement les épaules :

« Bonjours. C’est de ma faute… J’aurais pu venir plus tôt, mais… je n’étais pas prête et j’ai toujours fini par faire demi tour... »

Elle soupira, le coeur lourd alors qu’il l’invitait maintenant à la suivre à l’intérieur. Elle hocha la tête et s’exécuta. Quand la porte fut refermée derrière elle, elle enleva ses gants et les fourra au fond d’une de ses poches. Elle accrocha son cache oreille à l’anse de son sac, puis mis simplement son bonnet dans sa poche libre. Il ne neigeait pas et ça restait une certaine chance… Lentement, elle défit son écharpe et ouvrit sa doudoune sur un pull à col roulé assez lâche de couleur beige, additionner à son simple jean, cette  tenue pouvait presque sembler banale… si il n’y avait pas eut ce sapin sur l’avant du pull. Bref, elle en profitait pour maintenant regarder autour d’elle. Oui, cette appartement changeait radicalement par rapport à son ancienne demeure…

« Comment vas tu ? »

Demanda-t-elle simplement avant de se passé une main dans la nuque, un peu mal à l’aise, puis, elle avait légèrement soupirer avant de reprendre la parole, un peu dérangé et mal à l’aise… Elle détourna donc maintenant en lui demandant :

« Est-ce que je peux poser mon manteau quelque part ? »

Zoey se mordillait l’intérieur de la lèvre, ne se souciant pas vraiment de risquer de se blesser comme ça… C’était un peu compliqué. La rouquine attendit donc qu’il lui réponde pour déposer sa veste, son écharpe… et même son sac. Après quoi, elle posa à nouveau son regard sur lui. Le voir pleurer lui faisait mal, mais pour l’heure, elle se refusait de le prendre dans ses bras. Elle glissa plutôt les pouces dans les poches de son jeans pour se garder les mains occupées. D’ailleurs, une foules de bracelet multicolore glissèrent sur sa main. Des perles, du tissus, des fils tissés et tout ce genre de choses. Elle en portait aux deux poignets, ainsi qu’une tresse de ces fils là dans sa chevelure, ça, c’était nouveau, mais c’était aussi quelque chose d’assez éphémère en soit. Bref, elle passa ses mains dans sa chevelure pour y remettre un peu de volume. Bon, et maintenant ? Dieux, elle aurait aimer avoir une petite bestiole qui pourrait lui servir de diversion dans ce genre de moment gênant, comme Esper avec Snow et Leaf… Zoey s’éclaircit légèrement la gorge et croisa les bras, comme pour se faire une zone de sécurité en terrain qu’elle jugeait possiblement hostile, puis, elle pris la parole :

« Tu as besoin de quelque chose que tu ne pourrait pas te faire livrer ? Profite en pendant que je suis là… »

Elle ne savait pas trop quoi lui dire d’autre, alors, elle restait simplement là, les bras croisé sur sa poitrine sans trop savoir ce qu’elle allait pouvoir faire de plus ou ce qu’elle pouvait dire… A dire vrai, à par cette résolution que en dépit de tout, elle allait l’aider, elle réalisait qu’elle n’avait pas vraiment de raison valable de venir. Elle détourna alors les yeux, recommençant à se mordiller un peu la lèvre en passant d’un pied sur l’autre. Elle ne jugeait pas son domicile, elle ne jugeait rien… Mais elle ne prendrait certainement pas autant de liberté qu’elle avait pu en prendre dans le passé, c’était une époque révolu et il faudrait repartir sur de nouvelles bases. Des bases… saines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChenSeng
Famille impériale de Shu-Heng
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 23/03/2017

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Ven 29 Déc - 14:32

Il regardait Zoey, elle était mal à l'aise... Elle ne savait même pas quoi faire pour s'occuper les mains. Se divertir, cela le fit soupirer alors tout simplement, parce qu'elle n'était pas apte à faire quoi que ce soit pour l'instant. Il ne comprenait pas pourquoi: C'était agréable évidement de la voir, mais si elle ne pouvait pas encore le supporter, peut-être est-ce que ce n'était pas le bon moment. Il ne savait pas quoi faire pour la détendre et se décida alors tout simplement à soupirer, lui jetant un simple regard triste.

"Tu n'avais pas à venir Zoey... Bien sûr que cela me fait plaisir de te voir, de savoir la rouquine que j'aime ici, mais... Quel intérêt si tu n'es pas prête. Néanmoins... Rentre, tu es entrain de te les grêler, je sais qu'il ne fais pas chaud à l'intérieur, mais cela peut s'arranger. Thé ou Café ?"

Disait-il tout simplement, il attrapa alors tout son lot pour aller le déposer sur son lit plus loin, tout étant parfaitement en vue. Elle pouvait comprendre qu'il n'y avait pas énormément de place, mais enfin ! Il s'en contentait au vu du manque totale de choses qui se trouvait ici. Il ne personnalisait rien: Ni poster, ni objet personnel. Il n'avait que pour loisir son ordinateur et le casque visiblement, dépourvu des livres qu'il aimait tant lire. Il regarda finalement le sapin sur le torse de la damoiselle, souriant.

"Eh bien ? Les couleurs de Noël te vont bien, tu es charmante et toujours aussi belle qu'avant."

Il stressait globalement plus, juste des mouvements de son pied et de sa main pour rappeler qu'il n'était pas encore totalement à l'aise avec tout cela: Après tout, cela faisait un moment. Mais, c'était la seule personne qu'il pouvait vraiment supporter. Puis, il aperçut ce qu'elle avait dans les cheveux et ne put s'empêcher d'approcher sa main de la tête de Zoey, lui caressant la tête pour admirer cette tresse. Il rougit alors tout simplement de son action, se reculant de quelques pas en regardant en bas.

" Hum... Je suis désolé, je suis vraiment désolé. Je te trouvais simplement très belle avec ça et je me demandais ce que c'était."

Tout ceci était gênant... Autant pour elle que pour lui, ils ne savaient pas très bien de quoi parler, comment s'occuper. Surtout que c'était à lui de faire quelque chose, de faire en sorte qu'elle ne se sente pas mal et il ne réussissait pas. Il en avait conscience et cela l'énervait encore plus en somme: D'être ainsi inutile et dans l'incapacité de faire quoi que ce soit pour la damoiselle face à lui.

Se remettant alors à soupire, il l'écouta et se frotta le menton: Est-ce qu'il lui manquait quelque chose ? Non... Pas vraiment ? Il n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait possiblement avoir en moins.

"J'ai commandé de la nourriture et des vêtements... mais, il faudra qu'ils arrivent et que je les réceptionne... Sinon, je ne sais pas trop. Je peux commander ton sourire ?"

Une phrase un peu stupide pour détendre l'atmosphère, mais pleine d'une candeur qui allait à Guillaume, cela le fit cependant rougir encore un cran de plus... Est-ce qu'il venait vraiment de dire cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shay Lin
Serviteur de l'Empire de Shu Heng
Garde Impériale
"Courtisane"
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Sam 30 Déc - 1:31

Il lui dit qu’elle n’aurait pas dû venir et elle le regarda un moment alors qu’elle se mettait au chaud. La jeune femme soupira doucement, voilà qu’elle avait presque l’impression d’être indésirable ici alors que d’ici quelques semaine il allait finir par la rejoindre. Tout ça était vraiment compliqué… Elle soupira doucement. Il lui demanda alors si elle voulait du thé ou du café et elle avait alors simplement répondu :

« Du thé, s’il te plais... »

Elle avait peut être le ton un peu plus vif qu’elle ne l’aurait voulu et elle s’en mordit les doigts, cependant, elle ne s’en excusa pas. C’était bien assez compliqué et elle ne renierait pas le peu de fierté que lui avait laissé ce qui se passait. L’appartement de Guillaume était beaucoup plus neutre que le précédent… beaucoup plus vide aussi… Elle qui avait été très attirée par tout ce qu’avait pu contenir ses bibliothèques. Enfin, sa ne servait à rien de pleurer sur des livres, elle en avait déjà bien assez chez elle, n’est-ce pas ? Zoey tiraillait un peu les manches de son pull, ainsi que le bas de ce dernier, un peu mal à l’aise. Il lui avait alors fait un commentaire sur son pull et elle avait alors baisser les yeux vers ce dernier avant de hocher la tête.

« Je… Merci… Enfin… C’est une chose assez normal quand tu travaille avec des enfants, l’ambiance des fêtes, tout ça. »

Ses joues s’étaient légèrement teintées de rouge et elle avait détourné les yeux, mal à l’aise. La rouquine voyait son malaise, mais elle ne faisait rien pour l’aider, elle était également un peu nerveuse elle aussi, mais elle ferait avec. En moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire, Guillaume fut très près d’elle. Il avait levé une main vers ses cheveux et, figée dans la stupeur, elle l’avait regardé et avait reculé d’un pas alors que sa main glissa dans sa chevelure rousse. Elle rougit violemment et tenta de se reculer encore un peu, se cognant contre le meuble le plus proche… Finalement, lui aussi se recula de quelques pas, les laissant tout les deux au comble du malaise, la jeune femme frissonna doucement et détourna les yeux avant de l’homme. Non, là, ça devenait trop compliqué.

« Je… C’est une des filles qui m’as fait ça pendant que je montrais aux autres comment faire des bracelets brésiliens. Ça va rester peut-être encore quelques semaines et en attendant, elle est contente quand elle voit que je la porte toujours. »

Une des filles, c’était assez évident, une des filles dont elle s’occupait en tant qu’Accueillante Extra-Scolaire. Elle lissa un feu les fils de coton entre ses doigts et se mordilla l’intérieur de la lèvre alors qu’elle souriait. Oui, Zoey adorait bosser avec des gosses. Quoi qu’il en soit, elle lui avait demander si il avait besoin de son aide pour quoi que ce soit. Guillaume lui avait alors répondu qu’il avait commandé nourriture et vêtements, qu’il attendait simplement la livraison maintenant et elle hocha simplement la tête. Il demanda alors à commander son sourire et la rouquine se figea net. Cette demande était… imprévisible… Et d’ailleurs, elle le voyait qui rougissait encore plus qu’elle… Zoey soupira, puis se passa une main dans les cheveux avant de lui répondre, un peu mal à l’aise.

« Je ne sais pas, Guillaume, j’ai déjà passé un an à sourire sans en avoir envie pour ne pas inquiéter les enfants… Je sourirais, oui, probablement… Je ne suis pas le genre de personne à me morfondre ad vitam aeternam… Mais, laisse moi du temps… et… et je finirais probablement par sourire à nouveau, naturellement… Alors une commande en différer… à la rigueur... »

Zoey se mordilla légèrement l’ongle. C’était bien compliqué tout ça, mais bon.. Elle chercha un endroit où s’asseoir et fini pas simplement aller s’installer sur le fauteuil, s’installant comme si elle essayait de prendre un minimum de place… Elle ne se sentait vraiment pas à sa place ici, c’était pires que la première fois… Enfin, ça passerait probablement… Il fallait juste laisser le temps au temps pour que les choses se calment un minimum entre eux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChenSeng
Famille impériale de Shu-Heng
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 23/03/2017

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Mar 2 Jan - 14:57

Guillaume écoutait doucement la femme alors, il ne comprenait pas vraiment comment elle raisonnait pour l'instant: Elle agissait de façon ferme, mais semblait regretter chacun de ses pas l'instant d'après. Tout ceci l'ennuyait grandement, car il l'aimait et aurait aimé voir la femme plus douce évidement. Avant tout, il aurait au moins aimer qu'elle ne soit pas aussi tourmenter, mais plus décisive quand à son arrivée ici au moins.

Cependant, il gardait un petit espoir en voyant qu'il pourrait toujours faire rougir la femme qu'il aimait, les petits compliments et commentaires semblant toujours faire du bien à la damoiselle. L'homme savait qu'elle ne pourrait pas s'empêcher de comparer cet endroit au précédent, cependant cela ne le dérangeait pas foncièrement. Il avait eu quelque contrecoup et n'avait désormais plus rien, au moins elle ne pourrait pas en douter, de son histoire et de tout ce qu'il avait vécu. Bien évidement, cela ne règlerait pas tout, il le savait parfaitement, même si ce qu'il avait dit était vrai. Elle avait souffert et le seule remède était le temps et la compréhension. Guillaume ne savait pas cependant si jamais il pourrait retourner à ce qu'ils étaient avant. Mais bon, ce n'était pas vraiment le plus important, tout ce qu'il voulait c'était passé du temps avec elle.

"Forcément, c'est vrai que tu travailles avec des enfants... Je trouve cela magnifique dans un sens de se mettre au goût des fêtes et cela te va bien donc. M'enfin, je vais m'occuper de ton Thé."

Se dirigeant alors vers la petite cuisine, il activa une bouilloire afin de faire chauffer de l'eau pour le thé. Revenant après quelques instant pour regarder la femme et ses joues rouges, elle était mal à l'aise aussi visiblement, tout ceci ne l'aidait pas. Il se mordit la lèvre inférieur alors que la femme manquait de se cogner contre le meuble. Tout ceci lui faisait un peu peur et sa frustration grandit encore une fois en lui. Ce n'était vraiment pas le bon moment finalement pour qu'ils se rencontrent. C'était beaucoup trop compliqué pour eux et alors qu'il bafouillait et l'écoutait, il commençait à s'enfoncer ses ongles anormalement long dans le bras, la douleur ne semblant pas le déranger alors que la pression augmentait.

"C'est tant mieux dans un sens et comme ta tenue, cela te va bien. J'ai toujours admiré cela chez toi, ton style totalement à toi et qui faisait que tu t'imposais en soit. Que tu sois Zoey et la seule femme qui en vaille le coup, cela venait en petite partie de ton style et de tant d'autres choses."

Encore des mots doux, encore un moyen de tenter de la calmer, il pensait évidement cela mais, il en avait marre de la voir ainsi. Sa main s'enfonçant dans son bras se dirigea vers sa tête, la tenant alors. Cela bourdonnait, ça faisait excessivement mal et il ne savait pas comment se débarrasser de cette douleur qui naissait en lui. Puis finalement, il entendit la réponse de la femme et quelque chose explosa net en lui. Il recula alors doucement se dirigea vers la bouilloir dans sa cuisine, mettant une certaine distance entre eux désormais.

"Tu n'as rien à faire ici Zoey, tu n'es même pas dans l'envie de me parler. Si tu veux à ce point lâcher ta colère, fais-le à un autre moment. Tu veux m'aider à me remettre ou me réenfoncer ? Tu ne te morfonds pas Ad vitam ? Ce n'est pas ce que je vois ici et bien que je tente d'être doux avec toi, c'est toujours les mêmes barrières que tu montres. Tu t'attendais à quoi en venant ici ? Tu pensais que j'allais me tapper ? Me mutiler ? Être a quatre pattes devant toi ? Que pensais-tu donc que j'allais faire Zoey, qu'espérais-tu en venant à l'improviste ? Je ne demandais rien, mais tu es quand même venue. Mais, la vrai question est... Veux-tu vraiment m'aider ou simplement évacuer cette colère en toi ? N'es-tu pas plus égoïste que tu le montres ? Je t'aime, mais tu sembles juste te servir de cela pour te soulager."

Chaque mot qu'il prononçait manquait de lui arracher la gorge, il aurait voulu se planter le ventre une centaine de fois maintenant, mais tout cela était sortit d'un coup. Il se sentait vraiment mal de lui avoir dit tout ça et d'avoir exploser. Mais, il était étrangement faible lui-même, sa tête bourdonnant toujours de manière violente, se mettant à se masser à nouveau le crâne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shay Lin
Serviteur de l'Empire de Shu Heng
Garde Impériale
"Courtisane"
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Jeu 4 Jan - 1:06

Zoey faisait de son mieux, c’était une épreuve à passer et elle était capable de passer au dessus de ça, elle le savait, c’était seulement un peu compliqué pour le moment.Enfin, il la complimenta encore une fois et elle se mordit un peu la lèvre avant de hoché la tête quand il dit aller d’occuper du thé. La situation était gênante et la rouquine voulait érigé des murs autour d’elle, mais ce n’était pas toujours simple. Elle évitait donc de trop le regarder, même si ils parlaient. En tout cas, il complimentait encore une fois son style, Guillaume la qualifia comme la seule femme qui en valait le coup et elle sentit son coeur se serré avant de détourner les yeux encore une fois… Il ne pouvait pas encore tant toucher son coeur, c’était injuste. Encore quelques mots et il éclata, commençant presque à l’engueuler. Il lui reprochait d’être venue si elle n’avait pas l’envie de lui parler. Il lui demanda de lâcher sa colère à un autre moment… Elle serra les poing. Il ne comprenait donc rien ? Ses mains se crispèrent sur ses genoux. Comment pouvait il penser ça d’elle, il le pensait tellement monstrueuse. Une douleur à la mâchoire lui fit réaliser qu’elle serrait les dents un peu trop violemment. Elle inspira profondément, puis se leva lentement.

« Je t’ai proposer de t’héberger, je pensais que se voir à quelques reprise avant de devoir cohabiter serait le mieux pour éviter que les choses n’éclatent… Oui, je ne t’ai pas prévenu… Mais tu ne semble pas avoir conscience du courage qu’il m’a fallu pour me présenter à nouveau face à toi… » Lentement, elle se dirigea vers ses affaires, bien que son coeur lui fasse mal… pas juste son coeur… « Je n’ai jamais voulu que tu te fasse du mal… même si tu m’avais vraiment trahis comme le disait ta mère, je ne l’aurait pas voulu. C’est vrai, je suis égoïste, je veux t’aider parce que je sais que je ne supporterais pas de savoir qu’il a pu t’arriver quoi que ce soit et que je n’aurais rien fait en en ayant le pouvoir. Alors oui, je veux t’aider… même si ce n’est pas facile. » Elle tendit une main tremblante vers ses affaires, les larmes lui brûlant les yeux «  Je… je me morfond… Peut-être…. J’ai passé des mois à… à pleurer mon… mon amour pour toi… c’est peut-être idiot... Quelqu’un de moins bête... aurait probablement pu se… se défaire de ses sentiments... plus tôt,... passé à autre chose… Moi, je n’ai pu que… que les enfouir en moi… les enfermer à double tours… Si je ne pensais qu’à moi… je ne serais probablement pas… pas venu… Tu crois que c’est facile pour… pour moi de retenir ces… ces sentiments qui me font mal… dès que tu me fait un compliment… ou que tu me touche… » Une larme roula sur sa joue « Mais… si ma présence t’es… insupportable… je ne te l’imposerais pas plus que ça… pas plus que je ne t’obligerais à… à venir chez moi. »

Elle semblait vraiment avoir du mal à parler. Zoey était probablement à deux doigts d’une de ses crises, mais cette fois, c’était un peu plus compliqué, elle ne pouvait juste pas s’enfuir et aller se cacher jusqu’à ce que ça passe comme elle l’avait toujours fait jusqu’à maintenant. Elle avait alors serré son manteau tout contre elle, arrivant par la même occasion à se faire vraiment mal pour le coup… Du dos de sa main, elle avait alors essuyer rageusement ses yeux, ne réalisant pas vraiment qu’elle étalerait son maquillage par la même occasion, le révélant par la même occasion. Elle avait alors souffler quelques mots :

« Si tu avais si peu d’importance... que je veuille te faire souffrir,... les choses seraient au moins... mille fois plus simple... »

Gardant ses affaires à la main, elle ne bougea pour autant pas, comme si elle tentait encore une fois de tout enfoui en elle pour ne pas souffrir… Encore une fois, c’était une sorte de fuite ou quelque chose comme ça… Elle tremblait quand elle demanda simplement :

« Si tu veux que je parte… dis le… Mais tu ne me reverra plus… et tu seras libérer de tes engagements... »

Sa voix était comme vite et elle baissa les yeux, laissant ses cheveux retomber devant son visage, masquant ses traits..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChenSeng
Famille impériale de Shu-Heng
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 23/03/2017

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Ven 5 Jan - 15:26

Guillaume regardait alors Zoey, ne sachant pas vraiment comment réagir. Tout cela lui était sortit de la bouche sans qu'il réfléchisse vraiment et alors que la femme. Cette situation lui donnait juste envie de se frapper un bon coup et il découvrait alors la femme qui pleurait devant lui. Tout ceci était horrible... Pourquoi est-ce qu'il faisait pleurer ainsi Zoey ? Bien sûr que cela avait été difficile pour elle aussi ! Comment est-ce qu'il pouvait seulement la penser comme cela ? Elle n'avait jamais été quelqu'un qui aimait faire mal et cela n'était toujours pas le cas, mais dans sa frustration, il avait juste crié des choses stupides qui le tourmentait. Il l'aimait évidement et comprenait que chacun de ses mots faisaient mal encore. Guillaume ne put alors pas se concentrer sur autre chose et alors que la femme se mutiler, pleurer, effacer le maquillage qui cachait ses angoisses. Et se dévoiler petit à petit. Alors, il s'avança doucement et prit avec une douceur des plus grandes les mains de la femme dans les siennes, passant ses doigts entre ceux de la damoiselle avant de l'amener doucement vers son torse. Il était vraiment maigre et fin, la femme pouvait le sentir car, même son pull s'en trouvait à flotter autour de lui, c'était même presque maladif à ce niveau.

Alors, il se baissa et lâcha une des mains dans celles de la femme, lui relevant le menton pour venir l'embrasser. Il ne pensait pas, il avait juste besoin de libérer ce qu'il voyait dans les yeux de la damoiselle à ces soucis. Donc, il avait simplement été cherché ses lèvres, il ne savait pas si elle le laisserait faire, mais vu son état... Elle avait besoin de quelque chose pour l'instant pour changer son esprit. Il avait simplement embrassé la femme rapidement, mais avec une douceur digne d'un amant, avec tout l'amour qui brillait dans ses yeux, car oui. Il aimait cette femme à en souffrir et la voir ainsi par sa faute était quelque chose d'intolérable pour le jeune homme qui ne comprenait pas comment régler tout cela. Alors que finalement il décolla ses lèvres, il passa la main qui tenait le menton doucement dans les cheveux roux de la femme, poussant très lentement la tête vers son torse, caressant cette chevelure avec douceur et l'appuyant sur son torse.

"Je suis désolé... J'ai parlé sans réfléchir. Je sais que tu n'es pas comme ça, c'est juste que j'angoissais avec tout cela et ça me faisait mal dans un sens de te voir ainsi éviter, je ne suis pas dans l'envie de cacher ce que je ressens. Cela me faisait mal au cœur et j'ai débité les idioties qui me passaient par la tête, sans que je puisse vraiment y réfléchir. Mais, je ne le pense pas, je ne l'ai même jamais pensée que tu puisses être ainsi." Il embrassa ensuite son front avec une lenteur calculée. "Je sais que tu veux m'aider. Pour l'instant, tu es sûrement la seule personne que je tolère, car tu es réellement la seule chose qui me reste. J'ai évidement toujours les jeux... Mais, c'est autre chose cela, tu sais. Tu es le seule point d'ancrage que je peux trouver. Je n'ai plus de famille, je n'ai plus d'argent, je n'ai plus mes livres. Mais je t'ai toi... Je ne veux pas que tu partes." Il ira finalement reprendre les deux mains de la femme cette fois-ci, espérant que cette dernière ne quittera pas son torse. "Je n'ai jamais pu oublier non plus ce que tu étais pour moi, même après un an et je n'ai jamais pensé à quelqu'un d'autre un seul instant. Donc, si tu veux pleurer, fais-le... Tu dois avoir beaucoup enfui en toi durant le temps où j'étais partis. Si tu veux me frapper, fais-le. Ne te mutile pas, mais frappe celui qui en est la cause. Si tu veux sourire, rire ou autre, si tu veux me toucher, parler, crier... Agis simplement. Trompe-toi, soit imprudente, n'attends rien de personne, parce que tu es sacrée, parce que tu es en vie."
Il restera comme cela autant qu'elle le voudra, mais ne retiendra pas la femme si elle veut partir, s'écarter.

"Regarde-moi dans les yeux, ce n'est pas important tout cela, on s'en fout. Tu peux être ce que tu veux avec moi. Je te trouve magnifique depuis la première fois que je t'ai vue, d'ailleurs je m'en suis toujours pas remis. Comment est-ce que je ferais sans toi ? Comment l'univers ferait sans toi ? Ça ne pourra jamais fonctionner. C’est impossible, alors faut pas pleurer! Faut pas pleurer, parce que ça va aller je te le promets, ça va aller. Parce qu'on est de ceux qui guérissent, de ceux qui résistent, de ceux qui croient au miracles. En attendant, passe tes bras autour de mon cou si tu veux."

Il s'abaissait volontairement, se voûtait pour la sentir au plus proche de lui, pour qu'elle puisse être à sa hauteur pour une fois, collant son visage contre celui de la damoiselle, séchant parfois délicatement ses mains et laisse la veste et ses affaires tombés à leurs pieds, les ayant légèrement écartés alors de son pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shay Lin
Serviteur de l'Empire de Shu Heng
Garde Impériale
"Courtisane"
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Ven 5 Jan - 20:24

Zoey laissait à nouveau s’exprimer ses fureurs et surtout ses fissures. Elle venait cependant de lui poser un ultimatum et ne le vit même pas vraiment s’avancer vers elle. Il s’empara de ses mains, laissant ses affaires tombées au sol. Encore une fois, elle le laissa faire, comme elle l’avait laisser faire sur l’île de la saint-valentin deux ans plus tôt. La rousse le laissa faire alors qu’il l’attirait contre lui. Dans un premier temps, elle eut un geste pour le repousser, cependant, elle sentit sa maigreur et cela la frappa assez vivement. Il avait vraiment autant maigrit ? Ça lui faisait mal de le voir ainsi, il allait falloir qu’elle surveille ses repas autant que possible. Son esprit était fixé sur cette maigreur quand il relâcha une de ses mains pour la forcé à le regarder… puis l’embrassa. La jeune femme posa une main sur son torse pour le repousser… Mais elle cessa rapidement son geste alors qu’une pensée affleura à son esprit : ses baisers lui avaient manqué. Elle ne répondit pas à ce baiser, mais elle le laissa faire encore quelques secondes avant de se défiler. Son esprit ne cessait de lui répéter qu’il ne fallait pas, qu’elle ne devait pas se laisser aller, même si une partie d’elle en avait envie.

Il l’avait ensuite serrée à nouveau contre lui et elle avait frémit en sentant à nouveau sa maigreur. Un point au coeur, elle se laissa alors quelques instant, pourtant consciente que c’était une régression avec le temps qu’il lui avait fallu pour se reprendre. Elle allait le repousser quand il commença à lui parler. Il lui dit être désolé et elle sentit son coeur se serrer alors qu’il continuait à expliquer, lui disant qu’il ne pensait pas vraiment à tout ça, que c’était juste l’angoisse qui avait parlé. Il lui dit ne pas vouloir cacher ce qu’il ressentait, mais qu’il n’avait jamais penser cela et il l’embrassa sur le front… Pour le coup, déchirée entre l’envie de se laisser aller et celle de demeurer prudente, elle se sentit oppressée. Il lui avait alors dit être conscient qu’elle veuille l’aider et elle avait légèrement reculer d’un unique pas… Non, se laisser aller comme ça n’était pas une bonne chose… Elle renifla légèrement, luttant encore pour reprendre son souffle. Pendant ce temps-là, Guillaume lui disait au combien elle comptait pour lui, lui disant toute l’importance qu’elle avait pour lui. Il lui avait dit qu’il ne voulait pas qu’elle parte et elle se mordilla légèrement la lèvre pour ne pas trop laisser entendre son souffle un peu haletant.

Encore une fois, il repris ses mains et elle le laissa faire, releva ses yeux rougit vers lui alors qu’une larme roulait tout au long de sa joue sans qu’elle ne puisse l’en empêcher… ou qu’elle ne le veuille vraiment. Un de ses frères aurait probablement dit qu’elle était trop faible mentalement. Il n’avait peut être pas tord… Elle détourna les yeux, un peu maladroitement avant de se mordre la lèvre. Encore une fois, il lui faisait une déclaration et les larmes lui brûlèrent les yeux. D’ailleurs, le voilà qui l’invitait à pleurer ou même à le frapper si elle le voulait. Et il lui demandait également d’être elle-même avec lui, mais le reste de ses parole troublèrent réellement la rouquine. Elle resta quelques instants près de lui, puis, se détourna, autant parce qu’elle se rappela son maquillage qui avait sans aucun doute coulé. Guillaume lui demanda cependant de le regarder dans les yeux et elle déglutit, levant un regard perdu sur lui… surtout maintenant qu’il était en train de lui dire ce qu’il pensait d’elle, encore une fois et… elle ne savait plus du tout ce qu’elle pouvait penser. Il lui demandait de le câliner et elle le regarda un moment avant simplement secouer la tête. Son coeur se serra et elle recula d’un unique pas en déglutissant.


« Je… Je suis désolée, mais… Laisse moi un peu de temps…  Guillaume je… Je ne sais plus vraiment… ce que je dois penser vis… vis à vis d’un possible nous… vis à vis de toi… C’est pour ça que c’est compliqué… Tu m’avais demandé de te laisser du temps parce que je te forçait la main… cette fois, c’est… moi qui t’en demande. »

Derrière son mascara coulant, il pouvait maintenant deviner les cernes de la jeune femme. Oui, elle était bien moins vive et joyeuse que de par le passé, même sans les cernes, c’était plus que visible. Elle inspira alors profondément et se frotta les yeux, peu importe si elle tachait un peu plus son visage pour le coup.

« Je peux… je peux utilisé ta… salle de bain… quelques instants,… s’il te plais ? »

Demanda-t-elle, ayant toujours toutes les peines du monde à trouver son souffle. Elle se rendit enfin compte qu’elle tenait toujours ses mains dans les siennes et elle les relâcha un peu vivement. Zoey avait alors posée une main au niveau de son coeur et, détournant un peu les yeux, elle avait repris la parole.

« Guillaume… Je ne te demande pas de… renoncer à tes sentiments… et je suis consciente… que certains gestes ne pourront… pas être éviter… je ne le demande pas… Mais… s’il te plais… arête les compliments ou… tout ça… c’est… » Elle se tut un moment, puis repris ses propres mots, deux ans plus tôt. « c’est atroce… Tu sais que tu as été… le premier avec qui… je suis sortie… le seul… Alors laisse moi du temps… ou la femme fissurée… que je suis… va se briser… »

La douleur commençait à être trop présente, presque insupportable… mais elle était fière sur certains points et ne voulait pas se soigner devant lui… ou montrer qu’elle souffrait… alors elle masquait à nouveau ses émotions. Le truc, c’est qu’elle ne voulait pas qu’il s’inquiète pour elle… et c’était peut-être pour ça qu’il l’avait pensée aussi hostile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChenSeng
Famille impériale de Shu-Heng
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 23/03/2017

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Sam 6 Jan - 0:26

Guillaume regardait alors la femme devant lui, voyant que la damoiselle avait totalement oubliée de lâcher ses mains. Soupirant doucement, il gardait néanmoins un sourire en coin. Il la regardait avec une tendresse qui transparaissait de son regard et se frotta doucement le bras, ayant finalement lâché la main. Il lui ébouriffa alors doucement les cheveux, une irrésistible envie de la reprendre dans ses bras à l'instant.

"Cela n'a pas de rapport, tu sais Zoey... Cela ne me dérange pas de te donner du temps. Je pense juste que... Je devais agir et tout cela m'a fortement manqué. J'ai apprécié cet instant plus que n'importe quoi depuis un bon moment. C'est un peu compliqué de se retenir. Mais, je ferais en sorte et... Oui, désolé j'ai fais beaucoup de compliments. Tout simplement, je n'avais pas d'idée de conversation et tu es une vrai mine à compliments, accorde moi au moins celui-là. Beaucoup de bonnes choses me passent par la bouche quand je te vois alors... Je trouve cela plus facile de faire la conversation en disant cela. Mais voilà, je ferai un effort sur cela. A l'époque, tu sais... Aucun de nous n'avait véritablement de facilité, ton cœur manquait de te lâché à chaque moment ou je te serrais un peu plus contre moi. C'est un peu différent maintenant. J'ai moins de mal avec toi, disons que... c'est comme cela, tu es trop importante pour que je m'embarrasse de quoi que ce soit avec ta personne."

Il guidera alors la damoiselle en lui prenant à nouveau la main lentement afin de l'amener dans une petite salle de bain des plus modestes, cette dernière n'est pas spécialement bien fournie et possède seulement une petite douche, un lavabo et un miroir ainsi que des toilettes attenantes.

"Je ne compte pas à ce que tu te brises, sache-le. Prends ton temps, tout devrait être là pour que tu puisses refaire ton maquillage. Sinon, pense à dormir un peu plus, tu as des cernes et je pense que tu manques un peu de sommeil, prends au moins soin de toi si tu veux prendre soin de moi."

Dit-il, se rendant bien compte que la damoiselle avait du mal à dormir. Bien évidement, il en connaissait la cause: C'était sûrement tout ce qu'il avait apporté avec son retour ! M'enfin, il faudrait bien qu'elle arrive un peu à se calmer. Il se rappelait simplement désormais de tout ce qu'il avait toujours créer en elle. Guillaume avait toujours réussis à tout faire sublimer chez la femme.

Il se dirigea finalement vers sa bouilloire, allant préparer le thé pendant que la damoiselle n'était pas ici. Il prépara deux tasses d'un simple thé vert des plus cheap avant de les déposer sur une petite table, s'asseyant sur le canapé au milieu du salon. Il pensa à tout cela, se touchant les lèvres en attendant que la femme sorte de sa séance de poudrage de nez.

Comment est-ce que tout cela allait se passer désormais ? Comment est-ce qu'ils allaient vivre ? Comment est-ce qu'elle choisirait de l'aider ? Tout cela lui passait par la tête et s'était normal dans un sens qu'il ne soit pas... Prêt et elle prête à tout cela. Mais bon, le temps ferait bien des choses et elle lutait sûrement déjà énormément contre tout ce qui la traversait. Après tout, elle avait toujours été ce genre de femmes: Forte mais qui n'arrivait pas à aller avec ses sentiments .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shay Lin
Serviteur de l'Empire de Shu Heng
Garde Impériale
"Courtisane"
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Sam 6 Jan - 4:18

Zoey s’était encore une fois ouverte à lui et il lui avait alors ébouriffé les cheveux et elle avait fermé les yeux, s’étonnant un peu qu’il agisse ainsi… C’était plus son personnage qui aurait réagit comme ça avec Esper. Quoi qu’il en soit, l’homme lui accorda alors le temps qu’elle lui avait demandé, se justifiant en disant qu’il avait dû agir de la sorte. Guillaume avait également dit qu’il avait apprécié ce moment et elle le regarda un moment. Elle ne pouvait pas vraiment dire que cela lui avait déplu, mais, c’était tout de même très compliqué dans leur situation actuelle. Il lui dit alors qu’elle était une mine de compliment, puis, lui demanda d’au moins lui accorder celui-là. La rousse hocha simplement la tête. La jeune femme l’avait laissé terminer, puis, elle s’était légèrement mordu la lèvre. Elle ne voulait pas vraiment lui parler de tout cela pour le moment, c’était vraiment compliqué tout ça. La jeune femme croisa un peu les bras sous sa poitrine avant de lui répondre, ayant toujours du mal à trouver son souffle :

« Sois toi-même avec moi… Je te demande juste de ne pas trop en faire. Les efforts que je je te demande ne sont en aucun cas lié à cela, mais… mais nous en reparleront… »

Et en attendant, l’homme lui pris à nouveau la main et l’entraîna jusqu’à la salle de bain… C’était bien plus modeste que là où il avait vécu avant… Elle ferma la porte derrière lui, ne trouvant pas grand-chose à lui répondre. Dormir plus… ce n’était pas toujours ce qu’il y avait de plus simple, hélas. Elle commença par faire de son mieux pour se calmer se passant de l’eau sur le visage et sortant un petit flacon de son jean avant de s’en asperger un peu das la bouche. La crise passa bien rapidement. Mais la douleur était toujours présente et Zoey s’adossa quelques instant à la porte, le temps que la douleur s’apaise un peu. Elle s’était ensuite débarbouillée, se débarrassant de tout son maquillage maintenant. Une fois qu’elle n’eut plus de maquillage, elle regarda son reflet dans la glace… C’était un échec, n’est-ce pas ? Elle n’avait pas pu masquée à quel point tout ceci l’avait touché… Elle avait son maquillage dans son sac… mais elle n’avait pas son sac… Bon, tant pis. La jeune femme continua de faire en sorte d’enlever son maquillage… Il avait remarqué ses cernes, alors ça ne servait à rien de cacher sa petite mine…

Finalement, elle sortit de la salle de bain et alla rejoindre Guillaume et s’assit à ses coté, croisant légèrement les jambes. Elle pris alors sa tasse au creux de ses mains et en bu quelques gorgée, comme pour se donner du courage avant de reprendre la parole quand à ce qu’il lui avait dit un peu plus tôt.


« Tu sais… Mon maquillage… c’était surtout pour que tu ne vois pas que tout ça me travaille… mais c’est fait maintenant… Tu sais, dormir, ce n’est pas si simple que ça, cela fait quelques mois que je souffre d’insomnie… Cela passera… peut-être… Mais il va peut être être tant de parler de tout ça. »

Elle était consciente qu’elle allait mettre les pieds dans le plat, mais il fallait qu’ils parlent. En attendant, Zoey se passa doucement une main dans la nuque.

« Tu sais Guillaume, quand tu sera chez moi, je compte bien te faire m’accompagner à certain moment… Tu n’auras qu’à te focaliser sur moi, jusqu’à ce que tu soit prêt à faire abstraction. Ne t’en fais pas, ce ne sera pas long… Mais, si tu veux vraiment te reconstruire, il faudra le faire… ce sera un premier pas. »

Elle bu une nouvelle gorgée de son thé, puis reposa la tasse sur la table basse pour le regarder. Elle savait que ce serait difficile pour lui, mais elle n’avait pas voulu le prendre en traître. Elle voulait qu’il se fasse à l’idée de tout cela et se prépare mentalement, comme dans le passé… et d’ailleurs, même si ce n’était pas vraiment des plus simple, il fallait qu’elle ait quelques informations pour l’avenir :

« Tu penses pouvoir payer ton loyer encore combien de temps Guillaume, que je puisse préparer les choses de mon coté... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChenSeng
Famille impériale de Shu-Heng
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 23/03/2017

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Dim 7 Jan - 12:42

Guillaume écoutait la damoiselle alors tout simplement... Il se frottait le bras en tendant une oreille attentive à tout ce qu'elle disait. L'homme la trouvait cependant bien nerveuse et il se demanda si elle avait encore quelque chose à dire. Finalement, elle réussit à dire ce qu'elle avait tenté de retenir un tout petit peu et l'homme se frotta à nouveau le bras, de plus en plus rapidement avant de lui sourire faiblement. Comment est-ce qu'il pouvait lui expliquer ? Il n'était pas sûr qu'elle puisse comprendre la différence avec avant. Finalement, il soupira un long moment et réfléchit. Oui... Il faudrait bien de toute façon qu'il se mette à faire quelque chose. Se concentrer sur elle ? Il y arriverait sans aucun soucis, il pouvait se perdre dans ses yeux assez facilement et avait l'habitude au moins de ne penser qu'à elle. Alors, peut-être est-ce qu'il pouvait tenter ? Au moins essayer et ce ne serait probablement pas pour tout de suite ! Il se rassurait en se disant au moins, qu'il aurait l'occasion de passer plus de temps avec elle encore.

"Je pense que tu ne comprends pas spécialement encore la différence avec avant. J'avais peur des gens, c'était quelque chose qui m'empêchait d'aller vers eux, parce que je ne voulais pas subir leur jugement, c'est quelque chose de plus simple à guérir que ce que je ressens maintenant." Il secoua finalement la tête en lui jetant un regard, souriant toujours légèrement. "Je n'ai pas peur d'eux désormais, je les haïs juste. Parce que je n'ai plus envie de subir encore, je déteste les humains car, ils sont profiteurs et ne pensent qu'à eux. Mais...C'est différent pour toi. Je ne peux pas haïr ta personne, peut-importe combien je pourrais essayer. Parce que tu es la raison même qui fait que je suis ici, tu sais." Il la regarda tendrement alors. L'homme aimait vraiment Zoey plus que tout, il serait prêt à lui donner beaucoup de sa personne et cela se voyait dans son apaisement après avoir parlé, arrêtant désormais de se frotter nerveusement le bras.
"M'enfin... Je peux comprendre tout cela, tu sais et que tu veux me faire sortir. Sincèrement, j'ai un peu peur... beaucoup d'appréhension ! Mais, je te fais confiance et j'essayerais autant que je peux d'être mieux, parce que c'est une preuve de mon amour aussi."

Il soupira alors finalement, son sourire s'élargissant toujours plus au fil de ses paroles. Rien que le fait d'être proche d'elle, de pouvoir dire ses sentiments le rendait si heureux ! Il ne comprenait pas comment il avait fait pour être si longtemps loin de la damoiselle.

"Concernant combien de temps pour mon loyer... Je pense que j'en ai encore pour quelque mois, mais je pense qu'avec tout ce que j'ai acheté, je n'ai pas énormément d'argent encore. Est-ce que ça ira vraiment pour toi de m'accueillir ?"

Il s'inquiétait un peu pour cela tout de même... assurer une personne de plus financièrement, ce n'était pas un petit effort. Surtout, qu'ils seraient plus proche que jamais désormais.

"Ne te force jamais trop, tu sais. Si tu as besoin de temps, d'espace, de quoi que ce soit. Je te donnerais ce que je peux.. J'espère aller mieux le plus vite possible pour ne pas te gêner plus et trouver un travail. Je veux rembourser tout ce que tu fais pour moi."

Il but quelques gorgées de son thé, ce dernier étant désormais refroidit... Il voulait la prendre dans ses bras maintenant. Mais, il se retint ! Il fallait qu'il lui laisse autant d'espace vitale que possible. Guillaume replia alors ses longues jambes contre lui, les posant sur le canapé en buvant, semblant pensif quelques instants.

"Si tu as d'autres questions... N'hésite pas, je suis ici pour te renseigner." Dit-il avec un sourire toujours plus doux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shay Lin
Serviteur de l'Empire de Shu Heng
Garde Impériale
"Courtisane"
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Lun 8 Jan - 5:00

Zoey avait donc rejoint le jeune homme, puis, elle avait commencer à parler avec lui, un peu gênée. Guillaume lui disait maintenant qu’il ne pensait pas qu’elle comprenne vraiment la différence entre ce moment-là et celui d’avant. Il lui avait alors expliqué qu’avant il craignait les gens et que c’était ce qui les empêchait d’aller vers eux… mais que maintenant, c’était bien pire que tout cela et elle le regarda, sans un mot, attentive. L’homme souriait et ce sourire la perturbait un peu… Elle ne savait vraiment plus ce qu’elle devait penser quand à tout cela. Il lui expliqua que sa peur c’était maintenant changer en haine et elle soupira doucement et ne pu s’empêcher de simplement lui prendre la main. Elle le laissa cependant poursuivre, sans qu’elle ne dise le moindre mot. Il ajoutait à ce qu’il disait qu’il ne pouvait pas la haïr, elle. Il lui disait aussi lui faire confiance quand à ce qu’elle voulait, mais il avait peur. Elle se mordilla alors légèrement la parole, puis, elle repris la parole, calmement :

« La haine peut être surmonté plus facilement que la peur, tu n’as qu’à les oublier, je l’ai souvent fait. Des écouteurs et apprendre à ne pas leur accorder une once d’attention… On commencera par aller faire les courses et tout ça ensembles, tu n’auras qu’à te concentrer sur ma présence dans un premier temps… et quand tu sera prêt, tu pourras le faire sans moi… et ça montrera déjà que tu fais un pas en avant… C’est peut-être égoïste, mais, si tu fais ça pour moi… je passerais probablement l’éponge quand à tout ça. »

Elle serra un instant sa main dans la sienne avant de la relâcher, comme pour lui faire comprendre qu’elle était avec lui pour le moment. Guillaume lui dit alors qu’il pouvait encore payé quelques mois, mais il doutait même de cela avec les achats qu’il avait fait. La rousse soupira doucement et se passa une main dans la nuque.

« Je t’aiderais autant que je le pourrais… Mais… il va falloir que tu fasse quand même des choses seul, surtout que je serais absente souvent entre sept et dix-neuf heures, il faudra que tu te débrouille seul… et si il manque des choses, ce ne sera pas forcément simple pour que je fasse des courses. C’est parfois un peu compliqué. »

La rouquine soupira doucement, elle savait que ce serait difficile, mais il faudrait bien qu’il fasse avec pour le coup, il ne pouvait pas faire autrement. Par contre, pour les finances, la jeune femme ne semblait pas s’inquiéter plus que ça. Et maintenant, il lui demandait de ne pas se forcer. Il lui disait que si elle avait besoin d’espace ou de quoi que ce soit, il lui fournirait ce qu’il pouvait. Il lui dit espérer aller mieux le plus rapidement possible et pouvoir trouver un travail pour lui rembourser ce qu’elle lui devait.

« Ça ira, quand tu parviendra à te reprendre quand à tout ça, on arrivera probablement à trouver un travail pour toi… et il n’y aura alors plus de problème quand à tout ça… Mais Rome ne s’est pas fait en un jour... »

Encore une fois, elle bu quelques gorgée de sa tasse de thé, regardant le liquide dans la tasse quelques instants. Zoey se mordilla légèrement la lèvre. Guillaume lui demanda alors si elle avait d’autres questions et elle pris quelques instants pour réfléchir. Cependant, un instant, son regard se laissa absorbé par le sourire doux de l’homme et elle réfléchit encore quelques instant.

« Je...je ne sais pas ce qui est vraiment à toi ici… pas grand-chose je suppose… Je… Si tu veux des livres ou quoi que ce soit… J’en ai peut-être que je pourrais te prêter… quand je reviendrais. » Elle se tut un moment. « Je ne sais pas trop ce que tu as fait quand tu as pris cet appartement, mais il va falloir régularisé ta situation d’une façon ou d’une autre Guillaume, ça va être une nécessite passé quelques temps. »

D’un geste un peu rêveur, elle se mis à jouer avec les bracelets autour de l’un de ses poignets. Elle n’y pensait pas, c’était un simple réflexe. Et maintenant ? Et bien, elle ne savait pas trop. Réfléchissant, la rouquine reposa sa tasse et inspira profondément :

« Il te faudra probablement faire attention à mes frères aussi… Ils ne passeront pas l’éponge aussi facilement… Et puis… Je crois me souvenir que tu n’était jamais venu chez moi… peut-être que… tu voudrais que je t’y emmène à un moment… Pour te familiarisé avec cet endroit… avant de venir y vivre aussi... »

Zoey continuait de jouer légèrement avec ses bracelets, attendant simplement qu’il lui réponde maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChenSeng
Famille impériale de Shu-Heng
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 23/03/2017

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Lun 8 Jan - 13:48

Guillaume écoutait la femme avec une vigueur renouvelée. Elle lui faisait miroitée une possibilité de la retrouver, de passer du temps avec elle et finalement de peut-être récupérer son cœur. Il se frotta la tête en souriant bêtement pour le coup, trop heureux pour garder une quelconque apparence devant la damoiselle de son cœur. Alors, il se fit prendre la main et Guillaume sembla se relâcher quasi-instantanément, tout se décontractant chez-lui. C'était si apaisant, son contact, son parfum... Tout d'elle était en soit parfait pour lui !

"C'est juste... Différent pour nous, Zoey. Je sais que tu as du mal aussi parfois et cela me blesse de rajouter à ton fardeau mais.... Je suis désolé. Je suis égoïste parce que, pouvoir me lever pour te souhaiter une bonne journée et t'accueillir le soir pour te demander comment cette journée à été, c'est très sûrement un de mes rêves les plus chers. Je pense que c'est parfois aussi simple que cela sais-tu. Et puis, cuisiner pour toi chaque soir comme un homme au foyer, cela aura du bon d'un côté. Je sais encore cuisiner, c'est juste que je ne l'ai plus fais depuis un bon moment. Mais, je suis sûr que tu apprécieras !"

Tout ceci semblait affreusement simple et un peu gênant... Mais, c'est ce qu'il voulait en soit ! Il avait ainsi l'impression d'être un peu son mari... Un doux rêve qui malheureusement ne se réaliserait pas de si tôt ! M'enfin, c'était quelque chose de bien quand même.

Il pondéra ensuite diverses choses: Forcément qu'elle ne pourrait pas être là tout le temps, mais... Il survivrait ! Il avait toujours survécu, il lui obéirait juste cependant pour l'instant... Histoire de simplement la rendre heureuse quand elle rentre. Bien sûr, ce n'était pas tellement grave que pour l'instant tout soit calme, il serait poussé dehors à un moment.

"Je sais, je sais parfaitement... Ce n'est pas spécialement grave que tu travailles comme dit. C'est juste le plaisir de pouvoir te souhaiter une bonne journée et t'accueillir le soir. Mais bon ! Je ne suis pas un personnage d'animé et ça devrait aller. Sinon, imagine moi simplement dire: Est-ce que tu veux prendre un bain ? Ou manger directement ? ... Ou plutôt... Moi ?"

Il la taquinait quelque peu pour le coup, tout ceci l'amusait. Bien sûr qu'elle rougirait sûrement, mais s'était une petite blague. Il était de si bonne humeur. Et alors, il finit sa tasse de thé d'une traite. Avant de répondre à la jeune damoiselle concernant sa proposition.

"Je n'ai pas besoin de grand chose. J'aime lire, mais ce n'est qu'un hobby comme un autre, je peux parfaitement m'en passer. Mais, je suis désolé.... Je sais que tu aimais la grande bibliothèque quand j'étais chez-moi. Je ferai en sorte de reprendre des livres pour nous deux, soit en sûr. Sinon, nous régulariserons tout cela, ne t'inquiète pas. Mais bon ! C'est de l'argent volé qui a permis d'acheter tout cela ! Il ne faut pas se voiler la face, ce ne sera jamais vraiment bon."

Il hocha ensuite la tête en écoutant la damoiselle parler de ses frères et encore plus quand elle lui demanda si elle voulait qu'il l'accompagne chez-elle pour voir... S'y familiariser un peu avant qu'ils n’emménagent ensemble. C'était une délicieuse proposition et cela rendit Guillaume encore plus joyeux sur l'instant.

"Bien sûr que cela sera difficile et je comprends tes frères, tu sais. Tu es la plus belle chose dans leur vie, comme la mienne alors, comment est-ce qu'il ne pourrait pas m'en vouloir ? Sinon, j'apprécierais venir voir chez-toi. J'avoue que ce serait assez intéressant pour le coup."

Disait-il en souriant toujours plus, attendant docilement que la jeune femme réagisse, voyant le stress qu'elle avait en proposant tout ceci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shay Lin
Serviteur de l'Empire de Shu Heng
Garde Impériale
"Courtisane"
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Mer 17 Jan - 15:42

Zoey avait donné ses conditions pour qu’il puisse espérer à nouveau passer du temps avec elle… même si cela restait encore à voir. Guillaume lui avait alors répondu que c’était différent pour eux et elle haussa doucement les épaules, sans trop savoir quoi lui dire de plus. Il lui avait dit savoir qu’elle avait du mal et que cela le blessait de rajouter à son fardeau. Il s’excusa et lui expliqua pourquoi tout ça le réjouissait… Elle soupira doucement, puis haussa les épaules avec un léger sourire avant de reprendre la parole, calmement :

« Dans un premier temps, ce sera déjà bien si tu cuisine… Surtout que j’ai pas toujours le temps de cuisiner autant que je le voudrais… Surtout que les journée son parfois plus fatigante que je ne le voudrait… Mais je compte quand même sur toi pour ne pas trop te reposer sur tes lauriers… en tout cas, si tu tiens à moi... »

Enfin, elle acceptait cependant qu’il s’occupe de la cuisine, puisque dans un premier temps il resterait seul chez elle alors qu’elle irait travailler, comme toujours. Il ne tenait qu’à lui de réavoir sa confiance… au minimum… Il parla alors du plaisir qu’il pourrait ressentir à l’accueillir le soir et elle se mordilla doucement la lèvre sans trop savoir quoi faire. Et le voilà maintenant qu’il sortit une ânerie. Le visage de la jeune femme vira à l’écarlate et elle détourna les yeux, mal à l’aise, puis, sans vraiment réfléchir, elle lui avait donné une petite claque derrière la tête. Elle agit sans vraiment réfléchir quand à tout ça.

« Tu ne devrais pas dire ce genre de chose… Je t’ai déjà dit que c’était bien trop tôt pour ce genre de chose maintenant... »

Enfin, elle soupira tout de même et la jeune femme haussa simplement les épaules, le plus tranquillement du monde. Et voilà maintenant la jeune femme qui se reconcentra sur sa tasse  de thé… Enfin, il n’était plus vraiment temps de s’attarder sur le sujet, maintenant. Il lui assurait qu’il n’avait pas besoin de grand-chose et parla ensuite de sa grande bibliothèque. La jeune femme hocha doucement la tête, oui, elle avait apprécier cette bibliothèque… Guillaume annonça cependant qu’il voulait reprendre ses livres pour eux deux et elle hocha doucement la tête. Il dit que son argent était de l’argent volé et elle croisa simplement les bras avant de se mordiller la lèvre inférieure et de hausser les épaules.

« J’en suis consciente et c’est pour ça que je demande à ce que les choses soient régularisées le plus rapidement possible quand à toi. Que tu puisse au moins toucher des aides dans un premier temps… en attendant que tu travaille sur toi pour pouvoir en gagner autrement… On trouvera bien un moyen... » Puis, évoquant ses frère « Je ne sais pas si c’est vraiment le cas pour les deux, mais bon… Ils sont bien plus rancunier que moi, surtout qu’ils sont très protecteur envers moi. Enfin, nous verrons ça le moment venu… On s’arrangera et je viendrais te chercher… Pour la suite… et bien, je suppose qu’on verra bien le moment venu. On en rediscutera. »

Elle se passa une main dans sa nuque, puis soupira avant de faire bouffer un peu sa chevelure de couleur vive. Elle avait toujours sa tasse, vide, et la posa simplement sur la table basse. Il y avait toujours un peu de gêne, mais ça avait quand même l’air d’être mieux. Zoey inspira profondément pour se calmer, même si ce n’était pas forcément le plus simple. Il faudrait au moins qu’elle fasse un peu de ménage chez elle, ce serait la meilleure des choses, n’est-ce pas ? Quoi qu’il en soit, la rouquine se tu un peu, s’accordant quelques instants de réflexion quand à ce qui se passait ou pourrait se passer dans l’avenir… Et elle, elle ne savait plus trop quoi dire de plus maintenant. Zoey réfléchi quelques instants, puis, elle porta un ongle à ses lèvres, commençant à le mordiller doucement…

« Je… je ne vais peut-être pas rester très longtemps… Je… J’ai un peu de route pour rentrer chez moi et… Un peu de sommeil à rattraper... »

Délaissant son ongle, elle se remit bien rapidement à jouer avec les bracelets multicolore qu’elle avait aux poignets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChenSeng
Famille impériale de Shu-Heng
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 23/03/2017

MessageSujet: Re: Esper Carnael   Hier à 20:13

Il regarde alors la femme, un sourire tendre ornant toujours son visage tandis qu'il écoute le programme endiablée de cette dernière. Bien sûr qu'il fallait qu'il puisse se débrouiller tout seul pendant qu'elle bossait. Mais, ce n'était finalement pas bien dur pour lui: La cuisine, c'était comme le vélo, il n'y avait aucune chance que cela s'oublie aussi facilement que cela. Et puis, surtout... En effet, il fallait qu'il puisse se bouger. Ne pas attendre que tout se passe parfaitement et qu'il montre sa volonté à travailler sur lui, car après tout... C'était une promesse qu'il lui avait fait.

"Aucun soucis pour cela... Je sais que tout ira bien à ce niveau ! Il me faudrait juste un peu me bouger pour me faire à manger et ne pas fainéanter en sautant en repas. Mais, je mange très peu en générale. Et puis, j'ai toujours eus plaisir à cuisiner. Peut-être est-ce que tu veux que j'en profite parfois pour te préparer tes repas du midi ? Enfin... Je ne sais pas si tu as l'habitude de préparer le jour d'avant ou autre. Mais, il y a souvent des restes dans ce que je préparerais."

Il ne répondit pas à ce qu'elle avait dit... Guillaume ne voulait absolument pas gêner la damoiselle, il ne voulait encore une fois pas qu'elle rougisse trop. Et forcément, tout ceci n'était pas aussi simple qu'il le pensait et il se mordit la lèvre inférieur tandis qu'il recevait une petite taloche, souriant d'un air gênée comme un gosse prit sur le fait et laissant un rire gêné traverser ses lèvres alors qu'il rougissait légèrement.

"Désolé, j'ai été un peu trop loin dans mes paroles, il faut vraiment que j'apprenne à me contrôler à ce niveau."

Il n'en rajoutait encore une fois pas plus dans tout cela, buvant simplement sa tasse de thé et la finissant entièrement en regardant sa rouquine avec un plaisir et une admiration presque infinie. Elle lui parlait de ses frères alors et il se demanda un instant quelques petites choses. Semblant plonger dans une réflexion intense et laissant quelques secondes de flottements dans tout cela. Oui, la famille, c'était sûrement quelque chose de très bien et il n'avait pas pu trop apprécier la sienne. Elle avait aussi parler de tout ce qui était travail et allocation. Il n'avait jamais été bien renseigné sur cela... Peut-être est-ce qu'il aurait des droits, mais ce n'était pas sûr du tout ! M'enfin, la damoiselle à ses côtés l'aiderait un peu concernant cela et toute façon, l'argent lui reviendrait de plein droit. Il n'avait rien à acheter de son côté et rien vraiment à lui si ce n'était sa personne désormais. Et encore, son cœur était plutôt à la femme face à lui.

"Nous verrons avec le temps pour que tout cela change. Ne t'inquiète donc pas de cela Zoey. Je suis sûre qu'il y a des moyens d'alléger la situation et que tout cela soit au mieux. Je me bougerais comme il se doit alors. Il ne faut pas que tu doutes quand tu essayes d'encourager quelqu'un, ce n'est pas du tout mignon." Il lui fit un clin d’œil alors en la regardant, c'était lui désormais qui tentait de la rassurer, quelle douce ironie. "Et sinon, je trouverai sûrement chouette de rencontrer tes frères le jour où ils ne souhaiteront pas me faire disparaître. Cela doit être agréable d'avoir une famille comme cela. Je suis sûre que tu dois autant tenir à eux qu'eux tiennent à toi. J'aime aussi ma petite sœur malgré tout ce qu'il s'est passé.

Et alors qu'il la vit gêner et pressée de partir, il alla lui attraper ses affaires et s'approcha d'elle finalement, tentant de cacher la peine qu'il avait à ce qu'elle le quitte déjà, souriant toujours. Il lui balança alors une petite ébouriffade des cheveux en souriant, tentant de se maîtriser aussi quand au geste, essayant qu'ils soient le moins intime possible.

"Ne t'inquiète pas pour cela, on se reverra bien vite et tu sais où me contacter Zoey, à bientôt."

Dit-il en se dirigeant vers la porte pour lui ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Esper Carnael   

Revenir en haut Aller en bas
 
Esper Carnael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les Esper.
» Trésorerie d'Esper
» Présentation : Niflheim
» Esper Elflamm.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aetherys :: ~ Aetherys ~ :: - Sifreldar - :: = Villages fortifiés =-
Sauter vers: